Francois kiesgen de richter

Articles


LA THÉRAPIE - IFS c'est quoi ?

françois kiesgen de richter

 

 

 

LA THÉRAPIE - IFS 

 

Tout ce qu’il faut savoir

 

Le Système Familial Intérieur communément nommé IFS fait partie des thérapies qui travaillent sur les États du Moi. Ces thérapies permettent de construire ou reconstruire la stabilité de fond d’un individu ou de développer des ressources et des aptitudes nécessaires à son équilibre psychique et à son bien-être.

Le modèle a été inspiré, au début des années 80, aux États-Unis, par Richard Schwartz, il est désormais référencé au NREPP (Registre national des programmes et pratiques basés sur les preuves). Son efficacité est donc scientifiquement reconnue pour réduire la phobie, les troubles paniques, les symptômes et troubles anxieux généralisés, l’angoisse, l’agressivité, la dépendance (alcool, tabac, psychotropes, sexe…), les symptômes et troubles qui concernent la santé mentale, la dépression et les symptômes dépressifs ; l’IFS est aussi utilisé comme programme de préparation mentale entre autres pour les sportifs de haut niveau et les militaires et policiers des unités d’élite.

La genèse de l’IFS est dans l’observation de la nature complexe et multiple de notre psychisme. De cette observation est né le concept que notre psychisme est composé de sous-personnalités (parts, parties, espaces…) qui jouent des rôles certains utiles d’autres, nocifs. Notre conscience (le Self) devait être le coach qui organise le monde de nos sous-personnalités. Malheureusement nos sous-personnalités peuvent à certains moments prendre le rôle du Self et modifier nos comportements en dehors de notre champ de conscience. « Pour exemple : je suis en colère, je deviens agressif, j’agis avec violence, j’ai eu l’impression que ce n’était pas moi qui agissais. »

La thérapie va consister à restaurer votre capacité à pouvoir explorer en toute sécurité le monde de vos sous-personnalités et à modifier les jeux de rôles intrapsychiques qui sont nocifs pour vous. Cela suppose d’accéder à des épisodes de votre passé où il a été utile que vous développiez des stratégies de protection, qui sont obsolètes aujourd’hui, mais qui sont restés actif et vous sont problématiques.

Une autre caractéristique de l'approche IFS est qu'elle fait partie des méthodes qui activent la neuroplasticité (c’est la capacité qu'ont les neurones de se modifier tout au long de la vie.). Elle permet au cerveau de se libérer des mémoires traumatiques. Il s’agit de traiter les troubles psychiques au niveau de leur racine émotionnelle, même si l'approche IFS a vocation à traiter aussi, de façon plus large, les systèmes de croyances.

 

 En pratique

Vous rencontrez un psychopraticien qui intègre l’IFS à ses pratiques, soit en individuel, soit en famille, selon votre besoin et votre demande. La durée de la séance reste variable de 60 min à 90 minutes ; la fréquence reste variable selon la problématique, la durée est variable selon le contrat d’objectif défini avec votre praticien, le prix est libre et non remboursé par la sécurité sociale. Dans tous les cas le praticien fera une anamnèse (bilan de votre vécu, et de vos attentes) pour vous proposer un contrat d’objectif (prix, fréquence, durée, méthodes associées, repaires d’avancement…).

On dit souvent que la thérapie c’est de raconter ses problèmes à un thérapeute silencieux. Tel n'est pas le cas en IFS ou le psychopraticien intervient : il pose des questions, commente ce que vous venez de dire, vous demande des précisions et vous aide à exprimer des sentiments, des émotions, et à relater des événements. Il vous accompagnera dans les moments délicats (déchargement de fardeau avec parfois pleurs, et réaction d’abréactions) qui seront passagers et qui ne présentent aucun effet secondaire bien au contraire vous serez soulagé quelques minutes après.

Le thérapeute ne prescrit pas de médicaments et si une médication est déjà en cours une collaboration devra s'établir avec votre médecin. Cette collaboration est indispensable pour les problèmes psychiatriques ou/et neurologiques. 

 

 


16/01/2023
1 Poster un commentaire

GÉRER SON STRESS AVEC REMAP

GÉRER SON STRESS AVEC REMAP 

 

Tout ce qu’il faut savoir

 

La REMAP® ou Reed Eye Movement Acupressure Psychotherapy est une technique de psychothérapie à base de digipuncture élaborée par Steve Reeds. Elle a pour objectif un soulagement la détresse émotionnelle. Quand une personne subit un traumatisme, le système limbique situé dans l’hippocampe enregistre toutes les mémoires émotionnelles liées à ce choc. À chaque fois qu’un souvenir de cet évènement passé intense remonte à la surface, l’amygdale, qui est le centre d’alarme du cerveau se déclenche, activant ainsi le cerveau reptilien, celui qui est lié à la survie, au détriment du cortex (le niveau pensant du cerveau). Ce faisant, le processus de défense du cerveau se met en marche et nous arrivons, en utilisant REMAP la plupart du temps, à désensibiliser pour un temps ces mémoires traumatiques. 

 

La méthode consiste à stimuler certains points d’acupression situés au niveau de l’amygdale, afin de ralentir le mécanisme de défense enclenché par le cerveau reptilien. En stimulant ces points d’acupression nous-mêmes, nous permettons à notre cerveau de se déconnecter alors qu’il est exposé à des pensées ou des souvenirs d’évènements traumatisants. D’une manière générale, 10 minutes suffisent pour que le calme revienne. 

 

Du fait de sa rapidité, REMAP est une technique particulièrement recommandée pour gérer une détresse émotionnelle aigüe engendrée par un stress, de l’anxiété, de l’angoisse. Il est important d’utiliser REMAP dès que les premiers signaux d’un stress se présentent puis d’envisager un suivi thérapeutique adapté à la gestion de votre type de stress (IFS, EMDR, EFT, COGNITIF, PSYCHOTHÉRAPIE).

 

En pratique

 

Vous vous concentrez sur la réaction dans votre corps déclenché par l’apparition d’un stress.

Vous activez le premier point GI4, en restant centré sur la réaction, vous relâchez le point au bout de 2 minutes. Vous récupérez 2 minutes en observant si le symptôme baisse. 

Vous activez le second point E36, en restant centré sur la réaction résiduelle, vous relâchez le point au bout de 2 minutes. Vous récupérez 2 minutes en observant si le symptôme baisse.

Vous activez le troisième point relaxation de l’oreille, vous relâchez le point au bout de 2 minutes. Vous récupérez 2 minutes en observant si le symptôme baisse.

Vous activez le quatrième point entre les sourcils, vous relâchez le point au bout de 2 minutes. Vous récupérez 2 minutes en observant si le symptôme baisse.

Après cette ronde d’activation des points, la tension nerveuse doit être revenue au calme. Si le stress est resté stable ou a augmenté, il sera important de consulter rapidement, si d’autres symptômes apparaissent (tachycardie, vision brouillée, tremblements…), il faut vous rendre aux urgences. 

 

 


12/01/2023
0 Poster un commentaire

Bonne année 2023

Il faut laisser le passé se dissoudre et s'en aller vers l'avenir.

 

François Kiesgen de Richter vous souhaite une bonne année

 

Carte de bonne année

 

 


31/12/2022
1 Poster un commentaire

Je vous invite à participer

Chères abonnées, chers abonnés,

 

Avez-vous envie de participer à ce blog, et d'en faire profiter les autres membres ?

 

J'ai l'idée d'instaurer un espace d'expression dédié aux membres de ce blog, c'est-à-dire pour faire simple que je vous laisse les commandes pour écrire des articles, vous êtes ici comme chez vous.

 

Je vous invite à vous exprimer, sur les thèmes du blog qui sont la psychologie (témoignage, expérience, retour…). Mais aussi la littérature (si vous écrivez,  si vous souhaitez parler d'un livre...).

 

Si l'expérience vous tente, envoyez-moi un texte, par mail ! Sachez également que la discrétion est de rigueur, et que vous pourrez publier sous un pseudonyme. Chaque abonné pourra réagir à votre article, l'enrichir, ou apporter une critique constructive, ou abonder dans votre point de vue.

 

 Qui veut se lancer ? donner, recevoir, oser la relation gagnant-gagnant

 

Article écrit par François

(fkiesgen@icloud.com)


03/12/2022
0 Poster un commentaire

Bien respirer pour ne plus stresser, la recette miracle de la cohérence cardiaque

Pourquoi la cohérence cardiaque est-elle la recette miracle de la gestion du stress ?

 

Tout ce qu’il faut savoir

 

La fréquence cardiaque est une moyenne estimée sur une minute lorsqu’on « prend » le pouls. On compte le nombre de battements pendant une minute. À l’intérieur de cette minute, le cœur accélère et ralentit à chaque instant, plusieurs dizaines de fois, la distance séparant deux battements cardiaques n’est jamais identique. Le cœur accélère et ralentit en permanence, sa fréquence n’est pas stable, elle s’adapte aux demandes en temps réel.

L’amplitude de la variabilité cardiaque est représentée par la fluctuation de la fréquence cardiaque qui oscille entre un maximum et un minimum d’amplitude. L’importance de cette amplitude est un témoin de la capacité d’adaptation aux changements de l’environnement. Une grande amplitude est ainsi le marqueur d’un bon état de santé et d’équilibre.

Nos pensées, nos émotions et nos sentiments activent notre système nerveux autonome qui répercute sur le cœur les conséquences de notre environnement qui peut-être hostile et changeant ou en homéostasie. La variabilité cardiaque traduit notre état interne.

Le système nerveux autonome comporte deux sous-systèmes : le système nerveux orthosympathique qui mobilise nos ressources en énergie et qui a besoin d’adrénaline ce qui va influer sur l’accélération du cœur en vue d’augmenter le débit sanguin et sa pression, mettant à notre disposition plus d’oxygène et de glucose. On nomme souvent cette branche du système « le sympathique ». Le système nerveux parasympathique active lui la récupération, le repos, la relaxation, et la reconstitution des ressources. Il va influer sur le cœur pour le ralentir via le nerf vague.

Nous activons en fonction de notre besoin le système sympathique ou le système parasympathique, et la vitesse de passage de l’un à l’autre se nomme le chaos cardiaque. Le chaos cardiaque est l’état normal de la fréquence cardiaque, c’est la preuve que nous arrivons à nous adapter rapidement à toute demande d’adaptation face aux changements dans notre environnement.

Il est possible de contrôler les accélérations et les ralentissements du cœur en contrôlant notre respiration.

Nous possédons ainsi un moyen détourné pour influencer notre système nerveux autonome et l'enclencher en mode récupération, ainsi nous trouverons un état de calme et de sérénités.

Lorsque la respiration devient consciente, c’est-à-dire lorsque je l’observe et que je la contrôle par la volonté, je bascule en mode vagal et je coupe le mode orthosympathique ce qui va bloquer l’hormone de cortisol dans le sang qui est l’hormone du stress. Lorsque la respiration devient consciente, c’est-à-dire lorsque je l’observe et que je la contrôle par la volonté, je bascule en mode vagal.

- J’augmente la DHEA (déhydroépioandrostérone) qui limite le vieillissement.
- J’augmente les IgA salivaires (Immunoglobulines A), qui activent mes défenses immunitaires. - J’augmente la sécrétion d’ocytocine qui favorise la compassion émotionnelle.
- J’augmente le facteur natriurétique auriculaire ce qui module la pression artérielle.

- J’augmente les ondes Alpha qui optimisent la gestion du cortex cérébral pour inhiber les zones non indispensables et permettent de produire de la dopamine (hormone du plaisir et de la récompense) et la sérotonine (hormone aux effets complexes qui joue un rôle capital dans la prévention de la dépression et de l’anxiété et dans la réduction de la perception du stress et des autres émotions désagréables). Les ondes alpha sont indispensables pour accompagner une gestion du stress, vous pouvez les activer en pratiquant l' hypnose, en pratiquant la relaxation, en pratiquant des activité comme le yoga... L'association cohérence cardiaque et hypnose est une des bases de la gestion du stress en thérapie énergétique clinique.

page2image43637456 

 

La pratique


Je pratique trois fois par jour en regardant une vidéo de cohérence cardiaque1, au lever, avant le repas du midi, au coucher, je peux regarder la vidéo sur mon téléphone, mon ordinateur ou ma tablette2.

A tout autre moment si je ressens du stress ou si je pense que je vais être stresser par un événement à venir ( rencontre, entretien, risque phobique, parler en publique, me trouver devant un jury...).

Matin, midi et soir, il s’agit tout simplement de s’asseoir confortablement, en se tenant droit, puis de respirer consciemment en suivant la bille qui défile devant le paysage. Je peux changer de vidéo à chaque séance pour éviter la routine.

Si c’est dans un moment je suis en stress ou que j’anticipe d’être stressé, alors j’active le points GI43 je compte lentement de 1 à 5 lentement en expirant et de 1 à 5 lentement en inspirant pendant 1 minutes, je respire normalement, je recommence

Certes, la pratique de la cohérence cardiaque peut représenter un défi de taille dans notre société des agendas, surchargée par différentes responsabilités et obligations. Cependant, se brosser les dents plusieurs fois par jour n’est ni agréable en soi ni motivant dans l’instant présent, c’est l’intention d’avoir de belles dents et de les conserver qui nous pousse à les brosser, c’est aussi l’intention de gérer notre stress, de vivre en paix, d’être calme et serein, de vaincre le pessimisme, et de se sentir libre qui doit nous motiver.

Article écrit par François

 


03/12/2022
1 Poster un commentaire